Un radar numérique pour la police des Fourons

La police disposera d’un radar numérique, et d’un nouveau véhicule banalisé : gare à ceux qui écrasent le champignon !

A Fourons comme ailleurs, les chauffards sont dans le collimateur de la police. Et ils n’ont qu’à bien se tenir : les policiers fouronnais disposeront bientôt d’un radar de vitesse numérique. L’achat, approuvé ce jeudi par le conseil communal, qui est aussi conseil de police, sera effectué en commun avec la zone de Bilzen-Hoeselt-Riemst qui en paiera 80 %. Il sera donc disponible 20 % du temps à Fourons, qui le financera à hauteur de 13 000 euros au maximum. Utilisable dans n’importe quel véhicule, ou en installation fixe, il sera embarqué « à bord d’un nouveau véhicule banalisé », a annoncé le mayeur, Huub Broers.
L’opposition francophone a validé l’achat. Mais elle a aussi abondamment interrogé le chef de police de la zone.
L’appareil permettra-t-il aussi d’identifier les plaques d’immatriculation de véhicules volés ou non assurés ? Peu probable, a avoué Ronin Cox, « car ce type d’appareil n’est pas encore homologué en Belgique ».
Il ne servira pas non plus au repérage d’auteurs de dépôts anonymes d’immondices : « ce n’est pas sa destination », a souligné le chef de police.
Les usagers fouronnais sont-ils plus sanctionnés que les automobilistes de passage, lui a-t-il encore été demandé? La statistique n’existe pas, mais elle pourrait être recherchée, a signalé Ronin Cox.
« N’oubliez pas que de nombreux Fouronnais réclament des contrôles de vitesse plus sévères », a conclu Huub Broers. Pourvu qu’ils n’en soient pas victimes eux-mêmes ?

Philippe LERUTH dans L’AVENIR – LE JOUR du 28 avril 2018.

La population fouronnaise encore en baisse

Michaël Henen a repéré ces chiffres de la population fouronnaise au 1er janvier 2013 édités par Het Nieuwsblad le 10 octobre dernier: http://public.tableausoftware.com/shared/QC879KK5X?%3Adisplay_count=yes.

Quelques constats :

1) la population a une nouvelle fois décru entre 2012 et 2013 de 36 habitants, phénomène expliqué en partie par le nombre de déménagements vers l’extérieur supérieur au nombre d’arrivées dans la commune ;

2) plus de décès à Fourons que de naissances entre 2012 et 2013 ;

3) chiffre étonnant : la migration internationale évolue plus vers le sens des sorties que des entrées, ce qui ne fut certainement pas le cas dans les années précédentes.

Commentaire d’A.S.: A cette allure là le cap, des moins de 4000 sera atteint vers 2016. Le faible taux de natalité est à mon sens depuis des années le plus inquiétant (on est à du 8 pour 1000 alors que le pays est à du 12 pour 1000).

Autre commentaire: les Hollandais repartent et ne sont pas remplacés par d’autres Hollandais. D’où le nombre de maisons vides (à vendre).

bevolkingscijfers

public.tableausoftware.com

Illégal ou – of illegaal

« L’Avenir » de ce samedi relate l’incident survenu au conseil communal du jeudi 23 mai 2013:

Wynants.jpgÉlu au conseil communal de Fourons, Armel Wynants joue volontiers au chat et à la souris – ou à kat en muis ? – avec la majorité Voerbelangen : les votes de Grégory Happart sont systématiquement déclarés nuls, parce qu’il les ponctue d’un «oui» ou un «non» en français ?  

Dernièrement, l’ex commissaire d’arrondissement-adjoint a provoqué l’annulation d’un de ses votes, légalement commenté ennéerlandais. Échaudé, Jean Duijsens n’a su que penser, jeudi, en l’entendant, assortir un de ses votes d’un…« Tak» : comme TaalAktie Komiteel «Cela signifie oui, en polonais» a précisé le trublion. Et le président du conseil fouronnais n’a pu juger à la lon­gueur du «a», censée faire foi, si Armel Wynants avait qualifié un autre vote d’«illégal» ou d’«ille-gaal». 

De quoi inciter le facétieux perturbateur à la récidive ?

La première plainte d’Armel Wynants rejetée par le Gouverneur

REYNDERS.jpg

J’avais porté plainte chez le gouverneur contre les dispositions du règlement d’ordre intérieur du conseil communal de Fourons, parce qu’il impose l’emploi exclusif du néerlandais, même par les simples conseillers.

Or une telle disposition a été déclarée anticonstitutionnelle par l’arrêt du 10 mars 1998 de la Cour Constitutionnelle (à l’époque Cour d’Arbitrage). J’expliquais bien que les fameuses circulaires Peeters et Keulen imposent la même chose, mais que, précisément, ces dispositions sont donc également anticonstitutionnelles. Et bien, que répond le Gouverneur (sous la dictée du ministre nationaliste flamand G. Bourgeois)?

Un arrêt d’une piteuse petite cour de justice telle que la Cour Constitutionnelle n’a aucune importance. La seule chose qui compte, c’est la circulaire Keulen (y compris donc ses dispositions anticonstitutionnelles). Et celle-ci impose le néerlandais à tout le monde, même aux simples conseillers. Donc aucun problème, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes et le règlement d’ordre intérieur est parfaitement en ordre.

On croit rêver? Mais non, tout qui a déjà examiné un tant soit peu la jurisprudence concoctée par les chambres flamandes du Conseil d’Etat et la façon dont ces gens s’y prennent devait s’y attendre. Ces chambres bafouent les règles les plus élémentaires de l’analyse juridique. Un étudiant de première année en droit qui analyserait une législation selon la même méthode serait impitoyablement recalé. Mais voilà: DAT IS ONS NIEUWE VLAANDEREN. Et pourquoi se gêneraient-ils, puisqu’en face, en Wallonie, tout le monde laisse faire.

Faut pas fâcher la NVA, n’est-ce pas. 

A. Wynants