Application du RGPD (règlement général sur la protection des données)

Le 25 mai prochain, le Règlement sur la protection des données personnelles (RGPD) entrera en aplication dans toute l’Union Européenne.
Son objectif est de protéger vos données personnelles, c’est-à-dire toutes les données qui permettent de vous identifier, et de garantir que vos coordonnées ne seront en aucun cas transmises à des tiers.

Idéalement, vous devriez m’envoyer un petit courriel à l’adresse blog@fourons.net avec la mention « ACCORD » pour continuer à recevoir les informations de ce blog.

Néanmoins, sans réponse de votre part à l’adresse blog@fourons.net avant le 25 mai 2018, nous considérerons que nous pouvons, comme par le passé et avec toutes les garanties de confidentialité qui s’imposent, conserver votre adresse mail et l’utiliser pour vous tenir informé de nos activités. Vous pouvez en permanence supprimer votre adresse de notre liste d’envoi d’un simple clic en bas de nos lettres d’information, ou sur demande par e-mail à l’adresse blog@fourons.net

Si un ami souhaite aussi recevoir les informations de ce blog, dites-lui d’envoyer une demande dans ce sens à cette adresse: blog@fourons.net

Un radar numérique pour la police des Fourons

La police disposera d’un radar numérique, et d’un nouveau véhicule banalisé : gare à ceux qui écrasent le champignon !

A Fourons comme ailleurs, les chauffards sont dans le collimateur de la police. Et ils n’ont qu’à bien se tenir : les policiers fouronnais disposeront bientôt d’un radar de vitesse numérique. L’achat, approuvé ce jeudi par le conseil communal, qui est aussi conseil de police, sera effectué en commun avec la zone de Bilzen-Hoeselt-Riemst qui en paiera 80 %. Il sera donc disponible 20 % du temps à Fourons, qui le financera à hauteur de 13 000 euros au maximum. Utilisable dans n’importe quel véhicule, ou en installation fixe, il sera embarqué « à bord d’un nouveau véhicule banalisé », a annoncé le mayeur, Huub Broers.
L’opposition francophone a validé l’achat. Mais elle a aussi abondamment interrogé le chef de police de la zone.
L’appareil permettra-t-il aussi d’identifier les plaques d’immatriculation de véhicules volés ou non assurés ? Peu probable, a avoué Ronin Cox, « car ce type d’appareil n’est pas encore homologué en Belgique ».
Il ne servira pas non plus au repérage d’auteurs de dépôts anonymes d’immondices : « ce n’est pas sa destination », a souligné le chef de police.
Les usagers fouronnais sont-ils plus sanctionnés que les automobilistes de passage, lui a-t-il encore été demandé? La statistique n’existe pas, mais elle pourrait être recherchée, a signalé Ronin Cox.
« N’oubliez pas que de nombreux Fouronnais réclament des contrôles de vitesse plus sévères », a conclu Huub Broers. Pourvu qu’ils n’en soient pas victimes eux-mêmes ?

Philippe LERUTH dans L’AVENIR – LE JOUR du 28 avril 2018.

R@L met Jean Levaux à la tête de sa liste

Une page va se tourner à Fourons, avec le retrait de la vie politique de José Smeets, le dernier bourgmestre francophone de la commune, de 1995 à 2000. Et après concertation interne, c’est le conseiller Jean Levaux qui a été choisi cette semaine pour conduire la liste R@L (Retour aux Libertés) aux élections communales du 14 octobre.
«C’est une lourde responsabilité», avoue-t-il.
Il l’aborde avec une expérience certaine, puisqu’il siège sans interruption au conseil communal depuis l’an 2000. Avec chaque fois un score très honorable : 428 voix en 2000 ; 511 en 2006 ; et 465 en 2012, ce qui faisait de lui le premier élu derrière José Smeets, échevin francophone depuis le changement de majorité, crédité, lui, de 668 voix.
Les autres conseillers francophones seront en principe tous repartants : Grégory Happart, également envisagé comme tête de liste, Benoît Houbiers et Roger Liebens, qui a pris le relais, en cours de mandature, de feu Armel Wynants.
On devrait retrouver sur cette liste Marie-Noëlle Kurvers, conseillère communale de 2000 à 2012. Première suppléante francophone, au cours de la présente mandature, elle s’était effacée au bénéfice de Roger Liebens, qui avait récolté une voix de plus qu’elle (345 contre 344).
L’objectif de la liste francophone sera d’au moins maintenir ses positions. Tête de liste, Jean Levaux ne sera pas nécessairement échevin de l’opposition : à Fourons, les échevins sont directement élus par la population.

Philippe LERUTH dans L’AVENIR – LE JOUR du 28 avril 2018

Des révélations sur la liste flamande

Deux listes seront à nouveau face à face à Fourons, en octobre, et, du côté flamand, le bourgmestre, Huub Broers, affiche sa volonté de rajeunir les cadres.
« Six de nos dix conseillers ont plus de soixante ans, a-t-il expliqué à des confrères néerlandophones. Mais nous avons signé une convention selon laquelle, à la fin 2021, au conseil communal seul un élu sur cinq aura plus de cet âge ».
Le coup de balai devrait concerner le mayeur fouronnais lui-même. « C’est aux électeurs de décider, concède-t-il, mais j’aimerais rester bourgmestre. Jusqu’à mes septante ans. Car, à ce moment-là, je célébrerai mes vingt ans de mayorat ». Pour être plus précis : Huub Broers affichera vingt ans de mayorat au début 2021, et fêtera son septantième anniversaire, le 5 décembre de la même année. En attendant, cap sur les élections communales du 14 octobre, avec, côté flamand, une liste Voerbelangen rajeunie, emmenée par Huub Broers, et où se retrouveront les mandataires sortants Yolanda Daems et Rik Tomsin. Plus Hilde Broers, fille du bourgmestre, qui devrait «rempiler» au CPAS, et Shanti Peerboom-Huynen, nièce du mayeur, déjà candidate en 2006 et 2012.
Les nouveaux venus se nomment Lizzy Buijsen-Baillen, 49 ans, membre de l’ASBL de l’école Saint-Joseph à La Planck;  Steven Heusschen, 35 ans, fils de l’actuelle conseillère Marina Heusschen, qui ne se représentera donc plus; Joris Gaens, 30 ans, informaticien, fonctionnaire à la Région flamande, fils de feu Willy Gaens, conseiller CPAS ; et Alicia Dodémont, 24 ans, responsable du service d’aide à l’éducation, au guichet social de l’Administration communale.
Avec l’échevin William Nijssen, à nouveau en lice, mais sans doute pas l’échevin Jacky Herens, le président du conseil communal, Jean Duijsens, et l’ancienne cheffe de groupe, Annemie Palmans-Casiers, la liste est presque complète.
« Il manque encore une femme », a annoncé Huub Broers, dans un appel sur Facebook… ■ Phi. Le.

Un article de Philippe LERUTH dans L’AVENIR-LE JOUR du 27 avril 2018.