Québec: arrestations massives et brutalité policière

La LQCFC se plaint  à l’ONU du caractère violent 
du gouvernement Charest et de sa police
 et demande une enquête 

Charest.jpgVoici le message télégraphique d’urgence que notre ami Gilles Rhéaume, porte-parole de la Ligue québécoise contre la francophobie canadienne, vient tout de juste d’adresser au Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme à Genève et qui sera accompagné cette semaine d’un suivi-réquisitoire contre la brutalité policière, les arrestations massives ainsi que l’intimidation d’État dont les Québécois partout au Québec sont actuellement victimes :


 »La société civile québécoise est présentement mobilisée.  C’est par centaines de milliers que les citoyens sont sortis et sortent encore dans la rue pour manifester leur opposition à la politique d’État de leur gouvernement que ce soit en éducation, dans le domaine des ressources naturelles, du droits des aînés et des malades.  

Or depuis des semaines, la police procède à des arrestations, notamment à des arrestations massives à l’aveugle et a recours à la brutalité armée pour repousser  les  manifestants.  Pendant ce temps, le Premier ministre provoque l’opposition par des propos déshonorant sa fonction et universellement condamnés chez nous.  

La LQCFC porte plainte officiellement pour violation des droits humains civiques et fondamentaux. 20110328_183.jpgNous demandons à l’ONU d’ouvrir une enquête sur tous ces tristes événements.   Vous avez déjà exprimé votre inquiétude quant à ces agissements policiers troublants, notamment ceux de la police de  Montréal.  Il y en a aussi à Gatineau, à Sherbrooke et à Québec, la capitale nationale alors que les forces de l’ordre y sont allés et y vont encore abusivement.   Hier, lors d’une manifestation conjointe de Patriotes Québécois et d’Autochtones s’opposant au Plan Nord, plus de 90 arrestations ont été effectuées.  Je prenais la parole à cette occasion avec d’autres représentants de groupes de la société civile.  J’ai vu l’escouade anti-émeute de la Police de Montréal, nous encercler en frappant brutalement leur bouclier avec leur matraque tout en marchant comme dans l’ex Union-Soviétique.  Cette intimidation d’État qui viole le droit sacré de pratiquer nos liberté civiles, pourtant garanties par des conventions de l’ONU, en toute quiétude, doit être sanctionnée.  Le Québec vit actuellement le régime d’un État policier quand il s’agit de contester ! »

Gilles Rhéaume

Ancien Président du Mouvement national des Québécois et
de la Conférence internationale des peuples de langue française

Porte-parole de la LQCFC

Belges non admis à Maastricht

Les Pays-Bas interdisent l’accès des coffeeshops aux étrangers dès le 1er mai. La ministre Milquet craint des effets secondaires chez nous et prend des mesures

Canabis.jpg

 

Les citytrips vers Maastricht, aux Pays-Bas, risquent de prendre une tournure plus touristique… À partir du 1er mai, les critères d’accès aux coffeeshops néerlandais seront en effet renforcés dans les provinces néerlandaises frontalières avec la Belgique.

 

Maastricht attire un grand nombre de consommateurs de drogues douces vendues dans ses coffeeshops. Qu’ils soient belges, français, luxembourgeois, voire allemands.

 

Ces magasins d’un genre un peu particulier ne seront toutefois plus accessibles qu’aux personnes résidant aux Pays-Bas. Et donc plus aux étrangers qui avaient l’habitude de venir s’approvisionner aux Pays-Bas. Les provinces visées sont celles de Zélande, du Brabant septentrional et du Limbourg néerlandais. Les nouvelles règles seront étendues à tout le territoire néerlandais dès 2013.

 

“La nouvelle politique des Pays-Bas pourrait avoir des effets secondaires dans notre pays” , a réagi Joëlle Milquet (CDH), la ministre de l’Intérieur. Qui cible des “conséquences telles que le déplacement des ventes illégales en Belgique, l’augmentation des phénomènes de drug runners (rabatteurs) ou l’augmentation de la production interne en Belgique”.

 

La ministre a dès lors annoncé de nouvelles mesures. Il s’agit “non seulement de renforcer la collaboration avec les autorités néerlandaises […] mais aussi de renforcer la collaboration et le soutien entre la police fédérale belge et les polices locales” .

 

Joëlle Milquet a notamment organisé vendredi passé une concertation avec les différents bourgmestres et chefs de corps des communes des régions frontalières aux Pays-Bas. La police fédérale a également été associée. Le sénateur-bourgmestre fouronnais Huub Broers y assistait, accompagné de Maïke Stieners et du Chef de la zone de police H. Vanderhoven. Marcel Neven, député-bourgmestre de Visé, était également présent avec son secrétaire communal et son chef de zone de police. Albert Stassen et Jo Wiertz, commissaires d’arrondissement, représentaient leurs gouverneurs respectifs.

 

Parmi d’autres, “il s’agira d’augmenter la présence tant des policiers locaux que des policiers fédéraux, principalement dans les zones frontalières, sur les routes et dans les trains” . “L’objectif est d’intervenir rapidement, et de manière visible, afin de donner un message clair aux membres potentiels du tourisme de la drogue, selon lequel le glissement en termes d’approvisionnement illégal ne sera pas toléré” , dit encore la ministre. 

 

Les zones de police de Visé, Fourons, Riemst et Lanaken recevront donc des agents supplémentaires de la police fédérale (entre 5 et 15) pour les aider dans la lutte contre le tourisme de la drogue. Ces agents supplémentaires exerceront des contrôles aux frontières. La police de la route et la police des chemins de fer pourront être appelés à la rescousse.


Sur base des informations de « La Dernière Heure » et « Het Nieuwsblad ».


Plastiques agricoles

Un nouveau règlement  est en vigueur concernant les bâches agricoles à la déchetterie.

 

Tous les agriculteurs des Fourons peuvent désormais apporter leurs bâches agricoles usagées à la déchetterie. La collecte des bâches agricoles sera moins onéreuse, puisqu’elle coûtera désormais 5 centimes d’euro par  kg. Par contre, les plastiques ne pourront y être apportés à ce tarif que pendant deux périodes de l’année.

 

La première période de collecte s’étend de mi-avril à début mai. Les plastiques agricoles pourront être apportés à la déchetterie aux dates suivantes: mardi 17, jeudi 19, mardi 24 et jeudi 26 avril ainsi que les jeudi 3 et mardi 8 mai, à chaque fois de 13 h 00 à 16 h 00.

 

La deuxième période de collecte des bâches agricoles se déroulera de mi-octobre à début novembre. Les plastiques agricoles pourront être déposés à la déchetterie les mardi 16, jeudi 18,mardi 23, jeudi 25 et mardi 30 octobre ainsi que le mardi 6 novembre, à chaque fois de 13 h 00 à 16 h 00.

 

Les bâches agricoles amenées en dehors de ces périodes ne seront acceptées qu’en tant qu’encombrant, à raison de 15 centimes d’euro par kg.

 

 

Pour faciliter votre visite, n’oubliez pas que vous devez remplir les conditions suivantes :

    Amenez les bâches en paquets manipulables de maximum 25 kg

    Séparez les bâches épaisses et les bâches élastiques

    Brossez vos bâches au préalable

    Une bâche agricole sèche pèse moins lourd qu’une bâche agricole mouillée, et son évacuation est donc moins onéreuse.

 

Si vous pouvez apporter vos bâches pendant les périodes indiquées, mais pas entre 13 h 00 et 16 h 00 ou si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à appeler Francis Debougnoux au numéro 04 38199 34.

20 ans du Centre Sportif et Culturel des Fourons

L’Harmonie Royale Saint-Martin a donné un magnifique concert à l’occasion du 20ème anniversaire de l’inauguration du Centre Sportif et Culturel des Fourons.

FSM_20120331_011.jpg

Lien vers une petite vidéo réalisée à cette occasion.

Vincent Janssen a filmé la prestation de Marjorie Houbben.

La soirée a été introduite par le président de l’association, Jean-Marie Happart, et le Ministre Vice-Président des Gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt. Ce dernier a rappelé aux Fouronnais son engagement à toujours les défendre pour le maintien de leurs droits linguistiques.

 

 

31 mars et 1er avril: routes encombrées

Volta.jpg

Ce samedi 31 mars, nous verrons passer la course « VOLTA LIMBURG CLASSIC ». Trois passages sont prévus sur le territoire fouronnais (vers 13 h., vers 14.30 et vers 16h15). Il y aura même un ravitaillement vers 14h35 du côté du Bois Rouge.

Mais le pire est pour le lendemain avec le parcours pour les amateurs qui passeront dans l’ensemble des villages fouronnais. Ils n’ont en principe aucun privilège sur la route et doivent respecter toutes les règles du code de la route. Ils auront cependant des raisons de croire qu’ils auront des privilèges puisque les organisateurs leur auront pris 25 € de droits d’inscription. Les entreprises qui enregistrent des groupes de participants paient 75 € (+ TVA hollandaise de 19 %) par participant, de quoi se prendre pour des VIP à qui tout doit être permis.

Maastricht perd une manche contre nos communes

 

Bolland_Droeven_Bolland_20111016_011.jpg

Lors de la plantation du poirier de la Fête du Peuple fouronnais: Marc Bolland, député-bourgmestre de Blegny, Nico Droeven, ancien bourgmestre des Fourons, et Paul Bolland, gouverneur honoraire de la province de Liège.

 

Depuis plusieurs années, des communes belges, flamandes et wallonnes, accompagnent la commune de Visé dans son combat juridique contre le plan de dispersion des 14 coffeeshops du centre ville de Maastricht vers les frontières, particulièrement la frontière belge. La commune de Blegny fait partie de ces communes, est partie aux procès en cours et contribue aux frais de procédure (avocat, …). La commune néerlandaise d’Eijsden-Margraten et des particuliers comme la Dagstrand, ont également rejoint cette lutte. Pour la zone de police de la Basse-Meuse, le coffeecorner de Kobbesweg, à proximité de la Dagstrand d’Oost-Maarland, était problématique. En rapprochant de la frontière un centre de vente légale de drogue douce, c’était toute la population de la Basse-Meuse qui pouvait s’approvisionner librement avec plus de facilité.

Il est évident qu’il fallait réagir et des actions judiciaires ont donc été entamées contre la décision de la ville de Maastricht, via un avocat néerlandais.
Le Conseil d’Etat néerlandais, par un arrêt du 22 mars 2012, a suspendu la procédure engagée par Maastricht pour la délivrance de permis d’environnement. C’est la deuxième fois que Maastricht perd en justice.

Voilà une étape importante dans ce combat.

Il est à espérer que dorénavant, suite à ces échecs judiciaires répétés, les autorités de Maastricht abandonnent ce projet.

Il faut se réjouir que les autorités publiques belges aient pu, au-delà des différences, agir ensemble dans ce combat et que les résultats aillent pour l’instant dans le bon sens.

Cela ne supprimera pas le fléau de la drogue mais l’accès à l’achat ne sera pas favorisé, que du contraire.

Article extrait du site officiel de Marc Bolland.

Contrôles renforcés ce week-end

SLIM.jpg

La police annonce une grande action SLIM (pour « Safe Limburg ») pour ce week-end.

Si les Fourons font donc partie du Limbourg, nous aurons aussi droit à des contrôles renforcés entre ce vendredi à 18 heures et lundi matin à 6 heures. Il n’y aura pas seulement des contrôles concernant la consommation d’alcool ou de drogue, mais la vitesse sera également mesurée.

L’action est annoncée par la presse néerlandophone. Le site officiel de l’opération SLIM n’existe qu’en néerlandais. C’est pour cette raison que je me permets de prévenir mes concitoyens francophones.

Le site communal pourrait également se charger de la diffusion de cette information dans les deux langues, mais l’information des citoyens ne semble pas faire partie de ses missions.   

Une année chargée pour Vellerat

vellerat.jpg

Le village de Vellerat se fixe beaucoup de priorités pour cette année 2012. Cette commune prévoit la réfection des routes, la construction d’une desserte forestière, des travaux de rénovation du bâtiment communal et la révision de la gestion des déchets verts. Tout cela pour une commune de 73 habitants. Les citoyens ont accepté les différents crédits déjà en juin 2011. Les coûts de ces opérations ne sont pas moindres pour une si petite municipalité.  Les investissements avoisinent les 270’000 francs suisses (= 223.000 €) dans un plan de financement sur 4 ans.

(Une information de Radio Fréquence Jura)